• "Gestes d’antan, jardins d’aujourd’hui"

     

    Pour beaucoup d’entre nous, le jardin évoque des souvenirs d’enfance, de vacances, de grands-parents.. , un lieu, où, le temps était comme suspendu... un espace d’éveil des sens où l’on pouvait regarder les graines avoir des feuilles, ... où l’on pouvait croquer dans une carotte, où la tomate ou la fraise avait un goût de soleil et la pomme de terre la saveur de l’humus... Car comme disaient nos grands-mères :

     

     “les légumes sont bien meilleurs quand ils viennent du jardin, d’ailleurs ils n’ont pas du tout le même goût que ceux du GB!” c’est bien simple, on n’osait même pas prononcer le mot supermarché quand on parlait de légumes, sacrilège! 

     

    “Et puis avec toutes ces choses chimiques, on sait plus ce qu’on mange. As-tu entendu parler du fils de la voisine de J... oui, le célibataire,avec tous ses plats surgelés, et bien ....”  

     

    Mais voilà, l’évolution de la société nous pousse à nous détacher de ces gestes simples qui ne font plus, aujourd’hui, partie du quotidien. Même pour les gens qui vivent à la campagne, il est difficile d’entreprendre l’entretien d’un jardin, par manque de temps, d’espace ou de connaissances. Pourtant, quelque chose nous dit qu‘un homme trop éloigné de sa terre est un homme en perdition. Alors, pourquoi ne pas regarder les légumes pousser et réapprendre à prendre le temps de vivre ? Pourquoi ne pas laisser une petite place de notre quotidien pour remettre ses mains dans la terre et réapprendre ces gestes oubliés?  

     

    Ludvine Hissette, janvier 2011

     

     La philosophie de notre projet

    D’une part, un projet de vie rurale mettant à la disposition de la population un espace propice à la culture d’un potager écologique. Ce jardin sera un lieu où les habitants pourront venir cultiver une parcelle individuelle dans un lieu collectif. Il permettra ainsi à des personnes de tous les horizons de se rencontrer autour d’une activité commune et conviviale pour apprendre à jardineréchanger leurs connaissances et leurs expériences de jardinage ou bénéficier des conseils des jardiniers plus expérimentés.

     D’autre part, un projet patrimonial permettant de restaurer un jardin ancien, de réapprendre des techniques agricoles ancestrales et de renouer avec la philosophie de la terre. Retrouvons les gestes et les outils qui animaient les jardins et qui aujourd’hui s’endorment dans le fond d’une cave, d’une grange ou d’un garage.

     

     Projet réhabilitant donc aussi bien le patrimoine matériel (pierres) et immatériel (savoir lié à l’agriculture) de ce lieu.   

     

    Basé sur les méthodes organiques, ce lieu est avant tout écologique. Ainsi, nous esperons échanger, expérimenter et trouver des alternatives naturelles aux problèmes rencontrés dans nos propres jardins. Comme par exemple, les méthodes alternatives de désherbage, de lutte naturelle contre les ravageurs... mais aussi, la rotation, et l’association de cultures, le compostage, la gestion de plantation selon le calendrier lunaire...


    Qu'est-ce qu'un jardin partagé?

     Les premiers jardins partagés sont nés à New York au début des années 1970, sous le nom de community gardens. Depuis, ils se sont adaptés aux lieux et aux continents – jardins urbains, de quartier, de village, sur les toits, dans des friches, du Québec à la France en passant par l'Angleterre -. Selon les besoins, leurs objectifs se transforment - lieux de réinsertion sociale, artistique, didactique ou sensorielle – les jardins s’harmonisent avec les désirs de la population qui les accueillent. En milieu urbain comme en milieu rural, ils deviennent l’outil de reconnection d’individus avec la nature, les gestes simples et ancestraux.

    En Belgique ou dans le Nord de la France, les jardins partagés sont les héritiers des jardins ouvriers ou jardins familiaux. Cependant, aujourd'hui, les jardins partagés ne sont plus seulement une alternative à la crise (même s’ils permettent encore  à des familles de se procurer  légumes et fruits frais en les cultivant eux-mêmes), ils sont devenus aussi des lieux de rencontre, de travail et de convivialité dans des villes, des villages ou des quartiers. Des lieux d'expérimentation et d’apprentissage où l'on prône souvent des techniques écologiques ou alternatives.


    Un espace de travail et de découverte

    Afin de mener à bien ce projet, la parcelle  prêtée par la commune est divisée en deux :

     

    1. Une partie réservée au JARDIN d’APPRENTISSAGE, un lieu pédagogique dédié à la mise en pratique des notions analysées dans les ateliers théoriques dont les modes de culture seront basés sur les technique du potager en carré.

     

    2. L’autre partie réservée au JARDIN COMMUNAUTAIRE proprement dit. Grâce à la mise en oeuvre des premiers ateliers, nous espérons que des groupes de travail pourront se former pour investir cette partie du jardin avec de nouveaux projets.

     

    Le jardin communautaire est également ouvert à toute personne demandeuse. L'emplacement de chaque parcelle sera attribué par tirage au sort. Une partie de l'espace restant sera aménagé en lieu de détente et de convivialité.

     

    Le jardin


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique